EPICES, COTON, TABAC, CACAO, VANILLE ET CULTURES VIVRIÈRES

La fin du XVIIIème siècle est une période riche en événements politiques et administratifs. Amoment de la Révolution Française, les bourbonnais craignent une éventuelle abolition de l’esclavage. Celle-ci est effectivement décrétée le 4 février 1794, mais notifiée seulement en juin de l’année suivante.

Le nom de l’Île Bourbon change pour celui de la Réunion, le 19 mars 1793.

En 1802, Bonaparte rétablit l’esclavage.

Le 1er octobre 1806, le nom de l’île de la Réunion est changé en celui de l’Île Bonaparte.

De 1810 à 1815, l’île est occupée par les anglais.

La disparition du privilège de la Compagnie des Indes, les difficultés rencontrées par le café, favorisent la recherche de nouvelles cultures. Le nouvel intendant de l’île, Pierre Poivre, ainsi que son ami Joseph Hubert, importent et acclimatent des plantes telles que giroflier, muscadiers, arbres à pain, avocatier, dattier, manguier, mangoustan, letchi, badamier, etc...

Le commerce mondial des épîces, notamment de girogle et de muscade, connaît un grand essor. Aussi, on tente avec succès la production de ces épices.

La culture du coton y est facilement tentée (production annuelle moyenne 50 tonnes).

La culture de girofle participe au développement de la région est de l’île et sa production atteint 110 tonnes au début du XIXème siècle et variera entre 200 et 700 tonnes au milieu du siècle.

La culture de la cannelle, de la muscade et du cacao obtiennent peu de résultats.

Le coton, quant à lui, connaîtun succès éphémère. La production passe de 10 tonnes, en 1815, à 48 tonnes en 1816 et, dès 1836, on ne le cultive que pour les besoins personnels.

En 1815, Bourbon produit de grandes quantités de maïs, de blé, de riz, de tubercules, comme le manioc, les patates, les pommes de terre, les songes et les cambares, et des légumes. Bourbon sert de grenier à l’Île de France (Maurice) et on voit même des cargaisons de blé et d’haricots partir pour le Mozanbique et les Indes.

Un peu plus tard, vers 1833, si la culture de maïs, de tubercules et le jardinage se maintiennent à un niveau satisfaisant, les grains subissent un sévère recul. Déjà, on importe plus de 11000 tonnes de riz, plus de 1600 tonnes de blé et 180 tonnes de farine.

L’augmentation de la population, le changement progressif de ses habitudes alimentaires (on est obligé d’importer de plus en plus de riz, pour compenser la diminution de la production locale de maïs) vont accentuer cette tendance : le grenier Bourbon est devenu un importateur de vivrières.

EPICES COTON TABAC

EPICES COTON TABAC

La cause principale de cette chute est la culture naissante d'un roseau : la canne à sucre.

Promenez la souris sur les photos pour découvrir les chapitres (dossier : Christian ANTOU)

Les autres dossiers de Christian ANTOU

Pour mieux comprendre de quoi est faite l'actuelle cuisine réunionnaise, et savoir où elle va, il faut se pencher sur son histoire, ce qui a fait que les apports ethniques l'ont faite évoluer. Réponse dans ces dossiers...

Fonds commun

Tout ce qui fait ce qu'est la cuisine réunionnaise, les apports de la cuisine française, indienne, chinoise, au africaine au sens large... Rougails, Caris, qu'est ce que c'est, comment ça fonctionne Lire plus ...

Histoire

Bien que n’étant ni universitaire, ni historien, je vais tenter une petite description de l’histoire de l’île de la Réunion, à travers une étude et synthèse des nombreux ouvrages écrits par des Lire plus ...

Produits

Tous les produits utilisés dans l'art culinaire réunionnais, que Christian affectionnait particulièrement de mettre en avant. Fruits, légumes, brèdes, épices, aromates, etc. Tous les dossiers de Lire plus ...

Les recettes par catégorie

Le groupe FACEBOOK des amis de GOUTANOU

Rejoignez le groupe d'échange sur la cuisine réunionnaise. Publiez les photos de vos recettes, échangez avec les autres membres... Cliquez sur la photo ci-dessous, pour rejoindre le groupe GOUTANOU sur FACEOOK
groupe goutanou sur facebook

groupe goutanou sur facebook